Entretien rose de jéricho

L’entretien et utilisation de la rose de Jéricho (Chajarat Mariam et plante de la résurrection)

Quel entretien et utilisations de la rose de Jéricho ? La rose de Jéricho désigne en réalité deux végétaux distincts. La Chajarat Mariam et la plante de la résurrection ou la Selaginella Lepidophylla. Ces deux plantes aux vertus assez proches s’entretiennent et s’utilisent quasiment de la même façon.

Les origines et l’entretien de la rose de Jéricho

Tout d’abord, il est assez difficile pour un novice de distinguer les deux variétés qui sont toutes deux commercialisées sous forme séchée et présentent un aspect relativement semblable.

La provenance et l’entretien de la rose de Jéricho Chajarat Mariam

Chajarat Mariam, gattilier ou Kef Meriem sont encore d’autres noms de la véritable Rose de Jéricho. Elle pousse dans les pays du Moyen-Orient. Cette plante de la famille des crucifères, endémique du Maroc à l’Iran, est reliée symboliquement à la Terre sainte et à Jéricho en Cisjordanie qui est considérée comme l’une des plus anciennes villes au monde.

La rose de Jéricho pousse donc dans des régions arides et se développe grâce aux quelques pluies. Mais lorsque la sécheresse fait rage, elle a la faculté de conserver l’humidité qu’elle contient en se repliant sur elle-même. Lorsqu’elle est dans cette configuration, il suffit de la réhydrater pour qu’elle s’ouvre légèrement. Ainsi, elle dévoile ses graines à l’intérieur de la plante.

Il est également possible d’utiliser plusieurs fois la rose de Jéricho. Il suffit pour cela de la laisser sécher pendant deux à trois semaines sur un papier absorbant à l’air libre. Ensuite, il faut la conserver dans un sachet ou une boîte hermétique placée dans une pièce exempte d’humidité.

Il est important de noter que la Chajarat Mariam a besoin d’être immergée entièrement dans l’eau pour s’ouvrir. Aussi elle ne s’ouvrira pas autant que la plante de la résurrection, également appelée la Selaginella Lepidophylla.

L’origine et l’entretien de l’autre Rose de Jéricho : la plante de la résurrection

Cette plante est originaire du continent nord-américain et plus précisément du désert de Chihuahua qui se trouve en partie en Arizona, au Nouveau-Mexique, au Texas et au nord du Mexique.

La plante de la résurrection également appelée plante dinosaure ou fleur de rocher. C’est une fougère xérophyte de la famille des Lycopodiacées. Lorsqu’elle est sèche, la Selaginella Lepidophylla est de couleur brun grisâtre et a un diamètre d’environ 9 cm. Ouverte, elle peut atteindre plus du double de son diamètre et prend l’aspect d’une fougère après plusieurs heures dans l’eau.

Elle peut se régénérer comme la Chajarat Mariam même après plusieurs années sans eau et quasiment tripler de volume et reverdir lorsqu’elle est réhydratée.

À l’instar de la Chajarat Mariam, il est possible de conserver la plante de la résurrection dans un terrarium après utilisation. Pour cela, elle ne doit pas être exposée au soleil, ni avoir séjourné sans eau pendant plusieurs mois dans un placard.

Les utilisations des Roses de Jéricho

La Chajarat Mariam peut être utilisée dans le cadre de la fertilité en général mais présente d’autres propriétés. Cette dernière peut s’utiliser en décoction ou encore en infusion. Contrairement à sa cousine, la Seleginella Lepidophylla elle, traite généralement les douleurs des femmes enceintes ou durant l’accouchement. Nous pouvons l’utiliser en infusion, en décoction ou encore en macération.

La macération de la Seleginella Lepidophylla

Pour réaliser une macération avec la plante de résurrection, il faut déposer celle-ci dans un récipient adapté contenant de l’eau froide et la laisser macérer pendant une nuit.

Il suffit ensuite de faire chauffer à 40°C maximum le liquide de macération – en ayant pris soin d’enlever la fleur – et de boire le breuvage sucré ou non.

L’infusion de la Chajarat Mariam

Pour réaliser une infusion, la quantité d’eau à consommer doit être portée à ébullition puis refroidie à 40°C avant d’y laisser infuser pendant environ dix minutes quelques brins de rose de Jéricho. Le breuvage peut être consommé avec ou sans sucre.

La décoction de la Rose de Jéricho ou Chajarat Mariam

Pour réaliser une décoction, il faut placer quelques brins de la Rose de Jéricho dans une quantité d’eau froide équivalente à un bol puis porter l’eau à ébullition et laisser à frémissement pendant dix minutes.

Note : dans les cas de l’infusion et de la décoction, les brins ne pourront plus être réutilisés.

Pour utiliser la plante de résurrection en infusion ou en décoction, laissez la plante entière, sans détacher ses feuilles.

rose de jéricho

La posologie et les indications des Roses de Jéricho

La Chajarat Mariam peut être utilisée pour traiter des problèmes de fertilité. La plante de la résurrection elle, peut faciliter l’accouchement.

Utilisation de la Chajarat Mariam

Il est recommandé de consommer à jeun un bol de breuvage préparé selon une des trois méthodes :

  • Tous les matins ;
  • Du troisième jour jusqu’au dernier jour des règles.

Il est possible de renouveler cette opération lors de deux ou trois cycles.

L’utilisation de miel pour sucrer la tisane est recommandée afin de ne consommer que des produits naturels bons pour la santé.

Indications spécifiques à la véritable rose de Jéricho

La Chajarat Mariam a d’autres vertus :

  • Elle permet de réduire les effets délétères des menstruations et régule le cycle menstruel ;
  • Limiter les désagréments de la ménopause ;
  • Protéger le foie ;

Dans les indications suivantes, la véritable rose de Jéricho peut être utilisée préférablement en décoction :

  • Pour traiter la conjonctivite, les infections urinaires ou encore la prévention du diabète.

Utilisation de la Selaginella Lepidophylla ou la plante de la résurrection

Reportez-vous à l’utilisation du Chajarat Mariam.

Indications particulières à la plante de la résurrection

La plante dinosaure a également des effets spécifiques :

  • Elle Désodorise et capte les mauvaises odeurs ;
  • Absorbe les énergies négatives en la portant sur soi ;
  • Favorise la fortune et l’amour (rituel vaudou et santaria cubaine).

Conclusion

Les deux types de roses de Jéricho ont des vertus communes et s’utilisent principalement pour traiter des problèmes de fertilité et pour faciliter l’accouchement. Dans ce domaine, votre conseiller habituel pourra vous aiguiller vers l’une ou l’autre en fonction de vos affinités et de vos besoins.

L’utilisation de l’une des deux variétés plutôt que l’autre pourra cependant être recommandée dans le cas d’indication spécifique comme les infections urinaires, la conjonctivite, la lutte contre le diabète pour le Chajarat Mariam ou pour absorber les ondes négatives ou les mauvaises odeurs et dans le cadre des rites vaudou et santaria cubaine pour la plante de la résurrection.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Panier